Palimpseste

SYLVAIN DANIEL | Tout public à partir de 10/11 ans

Avec Palimpseste, le musicien Sylvain Daniel propose un roadtrip dans les ruines de Détroit réalisé à partir du recueil photographique Ruins of Detroit d’Yves Marchand et Romain Meffre. Une ville fantôme que l’on découvre à travers un spectacle mêlant images, traitement numérique et musique live. Les quatre musiciens, encadrés par un triptyque vidéo tracent un itinéraire
musical à travers la ville : les photographies de l’hôtel de ville, des banlieues, des souvenirs d’usines, prisons et autres théâtres désaffectés plongent le spectateur dans un dispositif et récit immersifs. En hommage aux différents symboles de la ville, berceau de nombreux courants musicaux, Palimpseste nous entraîne dans une quête du son de Détroit avec des compositions qui n’ont rien à envier à la soul de la Motown, au hip-hop de Jaydee ou à l’électro de Juan Atkins.

Autour du spectacle

Sylvain Daniel basse, compositions / Laurent Bardainne saxophones / Manuel Peskine piano, claviers / Mathieu Penot batterie / Laurent Simonini scénographie
Production : DuNose Productions, Le Cube et Paul B.

Nouvel album Ruins of Detroit – mars 2018
Sylvain Daniel est artiste résident de la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin (93) pour la saison 2017>2018
Palimpseste / Sylvain Daniel quartet
Palimpseste / Sylvain Daniel quartet © The Afrorckerz Charlelie Marange

EYMET | Espace culturel
Samedi 30 mars 2019
• 20h45 : séance tout public (+Rencontre collège et orchestre à l’école + groupe amateur)
Tarifs : 12€ (plein) 5€(12-25 ans) Gratuit (-12 ans)
Renseignements et Inscriptions
Service culturel de la commune d’Eymet
05 53 22 22 10 | service.culture-eymet@orange.fr
Partenaires : Service culturel de la commune d'Eymet et l'association Maquiz'Art


Sylvain Daniel

Né le 26 novembre 1979 à Angers (France)

Engagé dés l’âge de 7 ans dans l’étude du cor d’harmonie au CNR de Nantes, Sylvain Daniel aurait probablement rejoint à terme les pupitres d’un orchestre symphonique de province s’il n’avait découvert à l’adolescence les sortilèges sonores de la basse électrique à travers les virtuosités poly-métriques de Reggie Washington dans les groupes de Steve Coleman et de Michel Hatzigeorgiou dans Aka Moon.
Fasciné par le groove, cet art minimaliste de précision consistant à placer la bonne note au bon moment au bon endroit, Sylvain Daniel sent alors que ses goûts le poussent irrésistiblement vers d’autres horizons que ceux tous tracés de la musique classique. Lorsqu’en 1999 Julien Lourau l’embarque dans son orchestre pour la tournée du disque « Gambit » aux côtés de Magic Malik et de Jeff Sharel, Daniel comprend très vite qu’il vient de bifurquer définitivement du côté des musiques populaires. Totalement happé par le hip hop (The Roots, D’Angelo, Bilal), le bassiste épure alors son jeu jusqu’à l’os et fréquente à Paris la scène alternative du squat d’artistes les Falaises (Maxime Delpierre, Laurent Bardaine, Thomas de Pourquery). De cette effervescence naîtra en 2002 le groupe Soulereactive — « une sorte de blues blanc éraillé et psyché, hyper contemporain, pulsé de grooves hip hop et mêlé de free » : sa première grande expérience collective. Partagé dès lors entre projets ambitieux ou atypiques (Elise Caron, Electric Mop, Sarah Murcia, Piers Faccini, le groupe DPZ de Thomas de Pourquery et Daniel Zimmerman) mettant à contribution sa « conception orchestrale de l’instrument » et musiques pop plus directement accessibles (Kent, Olivia Ruiz) pour lesquelles il s’agit de « créer une ligne de basse et de s’y tenir », Sylvain Daniel est repéré par Daniel Yvinec qui l’intègre à son ONJ de 2009 à 2013. Parallèlement il continue de diversifier ses collaborations, joue et enregistre avec Ornette, Yom & The Wonder Rabbis, fait parti du groupe électro Bot’Ox (Cosmo Vitelli), sort en 2014 le premier album du groupe The Afrorockers qu’il réalise, produit et mixe avec le guitariste Julien Raulet, et intègre le trio d’Alexandra Grimal kankū aux côtés d’Eric Echampard.
En 2015, il remplace Bruno Chevillon dans l’ONJ d’Olivier Benoit. En 2016 il présente la première de son projet en leader Palimpseste, un road trip mêlant images et musique imaginé à partir des photographies de Yves Marchand et Romain Meffre Ruins of Detroit.

Site Internet